Analyses bactériennes parodontales

Les maladies parodontales sont des maladies infectieuses à étiologie bactérienne et à manifestations inflammatoires.

Un grand nombre de cas de parodontites peut être soigné dans un cabinet dentaire selon le procédé classique de purification mécanique, tel que le surfaçage radiculaire et le détartrage sous-gingival tout en étant sous contrôle pendant des années.

En présence de bactéries parodontopathogènes, qui peuvent pénétrer dans les tissus telles que P.gingivalis et A.actinomycetemcomitans, ces méthodes ne suffisent pas pour éliminer ces organismes de sulcus.

En conséquence et en dépit des traitements vigilants, il se produit une perte d'attache progressive et une décomposition de l'os alvéolaire.

Cette perte peut être rapide en présence de certains sérotypes de A.actinomycetemcomitans ou P.gingivalis. (Haffajee 1994), décrit une perte :
- de 3.2 mm d'os en deux mois en présence de 100.000 bactéries A.actinomycetemcomitans
- de 2.2 mm d'os en deux mois en présence de 100.000 bactéries P.gingivalis

Méthode de prélèvement

Pour un diagnostic microbiologique approfondi, seuls les prélèvements représentatifs de la plaque subgingivale doivent être concernés. Pour un diagnostic de routine subgingival, les prélèvements de la poche parondontale la plus profonde, repérée par saignement et/ou suppuration sur le stylet sont généralement suffisants.

1) Isoler le site de prélèvement à l’aide de rouleaux de coton après avoir drainer et nettoyer la plaque supragingivale.

2) Insérer le stylet de prélèvement stérile dans la poche parodontale ciblée à l’aide de pinces; laisser en place durant 15 secondes.

3) Le prélèvement terminé retourner le(s) microtube(s) échantillons dans l’enveloppe en y joignant la prescription.

4)Envoyer l’enveloppe au laboratoire.

Technique de biologie moléculaire par PCR

Il est conseillé de réaliser une analyse dans les situations suivantes :
- parodontite avec profondeur des poches > 4 mm (malgré une très bonne hygiène buccale)
- parodontite progressive ou agressive
- parodontite réfractaire résistante à la thérapie
- parodontite aiguë, évoluant rapidement
- infection péri-implantaires
- préparation de la mise en place des implants
- maintenance parodontale et des implants

Les objectifs de l'analyse sont :
- le choix d'un antibiotique approprié
- une expertise externe au cabinet dentaire
- un suivi de traitement et une évaluation de son succès
- une identification des poches à risque
- une documentation du stade de l'infection
- une détection précoce de la réinfection
- une évaluation de la réussite de l'implantation
- la motivation du patient pour maintenir son traitement et son hygiène buccale sur le long terme.

Les Pathogènes recherchés

Actinobacillus actinomycetemcomitans
Prevotella intermedia
Tannerella forsythensis
Peptostreptococcus micro
Campylobacter rectus
Porphyromonas gingivalis
Tremonema denticola
Fusobacterium nucleatum
Eikenella corrodens
Actinomyces viscosus


Dr Marc Putterman SELARL, Anatomo-pathologiste, praticien consultant AP-HP-NECKER, CHNO des Quinze-Vingts
28 ter, rue Guersant - 75017 PARIS
TEL : 01.45.72.30.00 | FAX : 01.45.72.43.43
info@putterman.org | www.putterman.org | Copyright ©2014