Anatomo-cytopathologie

L'anatomie et la cytologie pathologique (ACP) est le terme officiel en France, où elle est familièrement appelé "anapath", pathologie étant la dénomination internationale.
C'est une spécialité médicale qui étudie les modifications morphologiques des organes au cours de processus pathologiques et a ainsi une place éminente dans le diagnostic des cancers.
L'anatomo-cytopathologie humaine se sert des connaissances fondamentales d'anatomie, d'histologie et de cytologie normales pour reconnaître des anomalies morphologiques liées à la maladie.
Elle s'appuie sur des techniques de macroscopie, de microscopie, de chimie, d'immunochimie, de cytogénétique et de biologie moléculaire.
Cette spécialité médicale a pour but d'établir un diagnostic. L'obtention d'un dagnostic histologique avant le traitement d'un cancer est indispensable. Les examens initiaux doivent conduire à préciser le pronostic local et à distance de la maladie, et de recueillir d'éventuels marqueurs permettant de prédire la réponse thérapeutique.



Coloration standard : HES

Coloration signalétique qui permet de mettre en évidence les noyaux, les cytoplasmes et les fibres de collagène en leur faisant capter des colorants de façon sélective afin de se faire une idée de la topographie générale d'un tissu.
Temps de réalisation, environ trois minutes pour l'HES rapide, sept minutes pour l'HES directe, 35 minutes avec déparaffinage pour l'HES standart.
Méthode trichromique qui fait agir successivement trois colorants.
Une solution aqueuse d'hématoxyline (nucléaire), une solution aqueuse d'éosine (cytoplasmique) et une solution alcoolique de safran (collagène). La coloration nucléaire est progressive. Après l'hématoxyline (de Meyer), une différenciation rapide dans une solution de carbonate de lithium à saturation (eau lithinée) ou simplement à l'eau courante est réalisée afin de bleuir les noyaux et de faciliter la fixation des colorants.
La coloration cytoplasmique est régressive. Après l'éosine, l'excès est rincé à l'eau courante, une différenciation est réalisée dans les bains successifs d'éthanol jusqu'à l'éthanol absolu. Les passages en éthanol préparent l'action du safran qui se diffuse dans tout le tissu grâce à un phénomène d'absorption.
En fin de coloration, les lames doivent être immergées dans un bain de sovant (toluène, xylène) pour le montage. En aucun cas elles ne doivent sécher à l'air libre, car les colorants risquent de précipiter dans le tissu.




Dr Marc Putterman SELARL, Anatomo-pathologiste, praticien consultant AP-HP-NECKER, CHNO des Quinze-Vingts
28 ter, rue Guersant - 75017 PARIS
TEL : 01.45.72.30.00 | FAX : 01.45.72.43.43
info@putterman.org | www.putterman.org | Copyright ©2014